Société

Le CNDH plaide l’abolition de la peine de mort

Amina Bouayach estime que le droit à la vie doit être garanti pour tous les individus.

La présidente du Conseil national des droits de l’homme (CNDH) a plaidé en faveur de l’abolition de la peine de mort au Maroc. Cette intervention est intervenue lors d’une rencontre tenue sous le thème « violations des droits de l’homme liées à l’application de la peine de mort.

Amina Bouayach a noté que « l’article 20 de la Constitution ne prévoit aucune exception au droit à la vie », et qu’en sus, le législateur a l’obligation constitutionnelle de le protéger de toute atteinte ou infraction ». Elle a indiqué que le CNDH « plaide contre l’argument souvent utilisé par certains responsables politiques pour ne pas abroger la peine de mort en se justifiant par l’hostilité de l’opinion publique à une telle mesure ».

Le CNDH mène de nombreuses actions comme assurer le suivi et la protection des droits des condamnés à mort en effectuant, entre autres, des visites régulières. « Le CNDH et les abolitionnistes sont convaincus que la peine de mort n’a aucune efficacité de réduction de crimes. À l’inverse, l’application de celle-ci ne fera que provoquer le sentiment d’injustice le plus profond et une soif, jamais inassouvie, pour la brutalité et la violence », a affirmé Amina Bouayach. Pour elle, la solution à la lutte contre la criminalité, n’est pas la peine capitale. « Pour le CNDH, abolir la peine de mort, c’est protéger le premier droit des droits humains », a-t-elle ajouté.

 

L.A

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer